DÉESSE BLEUE

Bleu chaud et spirituel de tes yeux.

Bleu des flammes intérieures.

Bleu de la mer chaude.

Bleu du ciel et des astres.

Déesse souveraine et sauvage

L’haleine de ton âme me subjugue.

Tu rimes avec sublime.

Charme généreux de tes paroles.

Cri cosmique de ta voix.

M’envoûte de joie sourde.

Mystique et pur, ton regard.

Ballerine céleste, tu voles.

Proche et serein.

Ton corps vibrant et digne.

Je reconnais, fière, ta tête.

Sur les dunes secrètes.

Quand souffle le vent.

Pas de parfum, seul l’élan.

Eau forte et sensuelle.

Longue plainte de tendresse

Élans fous du désir.

Salut des sorciers de l’Amour.

Irréversibles lunes de l’âme.

Gerbes de fleurs du lac.

ANNA DU CIEL

Aube des courants sismiques

Nubiens du Sud au versant équatorial.

Navigue et roule sur les eaux ancestrales.

Ambre soleil qui pleure de Tuléar à Diégo-Suarez.

Comme la soie céleste aux reflets d’ébène

Ils dansent et vibrent d’un sensuel frisson.

En nombre et souples, tels des serpents.

Les cordes du Valiha, les cheveux d’Anna.

Ce soir les rizières sont vertes et sans grain.

Le zébu s’abreuve à la source orpheline.

Nostalgique coucher de soleil sur Lilongwé*

L’oiseau d’acier perce le ciel intime.

Voile écarlate qui couvre les épaules

Comme les feuilles des saules

Les cheveux glissent vers le col

Sombres et vifs plus qu’un soir sans étoile.

Pupilles mystiques et sublimes

Sensuelle porte du souffle

À la courbe délicate et douce.

Cambrées et suaves, fermes et généreuses

Discrètes, les lignes des lèvres

Disent ta force intérieure.

À 10 000 mètres dans le ciel

entre Antananarivo et Paris via *Lilongwé (capitale du Malawi)

et Lusaka (capitale de la Zambie).

LA LUNE DU COEUR

Eternel refrain et Ode à l’Amour

Inonde l’espace profond du coeur

Va vers l’autel intérieur

Lampe spirituelle et secrète

Ysopet moderne et imaginaire

Soliste au firmament du désir.

Tu vibres en toute liberté

Je rougis, mes émotions en reste.

Tu souris avec pureté.

Je rêve éveillé par ton geste.

Tes tendres propos, mon coeur, coupèrent telle une lame.

La lune de ta voix me caressait.

Semblable à Mars, en ta rigueur d’âme.

Le soleil de ton coeur m’éblouissait.

Quand ton souffle fier

Passa dans l’azur et me prit

Souple aux gynécées de l’esprit

Tu es noble et altière.

Dans la dignité tranquille

Ferme volonté d’expression

Regard de velours qui brille

Douce discrétion.

COOL JAZZ (ÉCHOS DAFRIQUE)

Jupes noires et mélodiques

Arrangements suprêmes et vernis

Zébrés, surprenants et maléfiques

Zazous et mélomanes unis

Jamais notes aussi douces

Aimantes et lumineuses

Entre le zéro et l’infini

Entre le zen et le monde tordu

J’aurais rêvé de mémoires

Armoires des temples anciens

Zoulous d’hier

Et habitants des zoos de demain

Coulaient, notes lancinantes

Le soir est encore ignoré

Dans la lumière ambiante

Des climats éloignés

Cimetières de feux de Bengale

Oubliettes des Fons du Roi

Ombres de pétales séchées

Lendemain de passions envolées

Jazz éclaté, roulez percussions

Contrebasse sobre et lourde

Notes du piano-passion

Sons du saxophone aux volutes sourdes

Au rythme des notes saccadées

J’ai dansé jusqu’à la nuit tombée

Puis j’ai pleuré le jour levé

Parce que trop émerveillé

Sonorités suaves et sorcières

Sortilèges des saints savants

Seriez-vous sauvages et sincères?

Sages sons sourds des salants.

ÉNERGIE (TERREUR SUPREME)

Aux victimes des bombes atomiques

de Hiroshima et de Nagasaki

Flux d’énergie

Sur le chemin des méridiens

Point de rayonnement

Sur la route de la sagesse

Accords entre les principes naturels

et les actes humains

Le coeur et la tête

L’esprit et la force vitale

Le plexus solaire

En fond de médiastin

Au centre de l’être

Le reflet de l’équilibre

Miroir parfait

La vie primaire

Respire au rythme des océans

La terre, le feu, l’air.

Fusion dans le métal de l’avenir

Où pousse la gerbe des astres?

DANS TES YEUX (DE L’ENFANCE À L’ÉPANOUISSEMENT)

Je lis l’éveil des jours

À l’aube des temps

La lueur première des éclats de vie

Innocence, merveilleux monde

De l’enfance du coeur.

Je cherche la flamme éblouissante

Des aurores intimes

Dans le foyer du bonheur de voir

Curiosité, intelligence humeur

De la naissance de l’âme.

J’entrevois les élans retentissants

Des combats personnels

Dans l’arène des adultes

Révolte, effervescente couleur

De l’adolescence de l’esprit.

Je découvre les meurtrissures terribles

Des déceptions et aigreurs amoureuses

De la mer sociale de l’affection

Blessure, triste réalité

De la maturité des femmes et des hommes.

Je devine l’aurore merveilleuse

Des élans profonds

Dans la sphère globale des émotions

Création, superbe projection

De l’épanouissement mystique.

DANSE MONTRÉAL

MONTRÉAL, C’est en ce lieu des Nations Premières

Oasis dans le Golfe du Saint-Laurent

Navire amiral et pôle francophone des Amériques

Terre inscrite au registre public

Réplique du caravansérail ancestral d’origine multiple

Éclair génial et clin d’oeil de l’Histoire

Alhambra pour toutes les danses du corps

Large métropole arc-boutée sur le Mont-Royal.

Ville cordiale aux formes généreuses

Longiligne et svelte avec un visage d’ange

L’âme interculturelle en son sein fait jaillir la lumière

À contre-jour sur l’écran de la création

Musiques diverses sur la piste qui rendent Montréal

Explosive au cours des rythmes intérieurs.

Jet de la passion au firmament de la sensualité

Latine et anglaise aussi, Montréal aux accents universels

Maison des affaires et cité des arts

Vivante sur une colline royale

Nébuleuse fulgurante aux mille talents : Montréal.