Sud-Soudan en marche : Vers un nouvel État

11010916_SOUDAN+X1P1_ori.jpg.180.jpg

11010916_SOUDAN+X1I1_ori.jpg

Près de quatre millions de Sud-Soudanais se prononceront, à partir du 9 janvier, pour ou contre leur indépendance. Un référendum chèrement payé par des décennies de guerre qui ont fait deux millions de morts

Fanfare et soldats au garde-à-vous, tapis rouge, haie d’honneur et officiels en tenue, la cérémonie organisée, mardi 4 janvier, sur l’aéroport de Juba, principale ville de la région semi-autonome du Sud-Soudan, avait tous les atours d’une répétition générale. Une répétition avant le jour, qui n’a jamais été aussi proche, où Juba, alors devenue capitale d’un Etat souverain, accueillera des présidents étrangers.

Mardi, le président qui essuyait les plâtres n’a peut-être pas goûté l’ironie de ce faste orchestré par les autorités régionales sud-soudanaises. Omar Al-Bachir, 67 ans, le raïs de Khartoum, l’homme fort du pays depuis 1989, arrivait de la capitale pour une de ses rares visites dans cette région rebelle depuis toujours à son pouvoir, quelques jours seulement avant un référendum qui pourrait bien se solder par la sécession du Sud-Soudan et la création d’un tout nouvel Etat, le 55e du continent africain mais le premier à modifier les frontières tracées à la baïonnette par les anciens colons.

A partir de dimanche 9 janvier, près de quatre millions de Sud-Soudanais se prononceront en effet pour ou contre le maintien de l’unité du Soudan. Pour les observateurs, longtemps sceptiques sur la tenue de cette consultation pour des raisons autant logistiques que politiques, le résultat ne fait aucun doute. La balance penchera lourdement en faveur d’une sécession, un rêve chèrement payé et si longtemps attendu par les quelque 8,5 millions de  » Sudistes « , un cinquième des Soudanais.

Cette victoire attendue et préparée sonnera-t-elle le glas de décennies de guerres entre le Nord, à majorité musulmane, et le Sud, animiste ou chrétien, davantage tourné vers l’Afrique noire ? La tenue du référendum est déjà, en soi, un petit miracle, même s’il était promis à cette date depuis six ans par l’accord de paix globale (CPA). Sur le papier, ce texte historique, signé le 9 janvier 2005, ouvrait la voie vers l’indépendance. Mais, à cette époque, il mettait surtout un terme à la seconde guerre civile soudanaise qui faisait rage depuis 1983, soit plus de vingt ans de tueries jalonnées de deux millions de morts.

Les deux hommes forts du pays, et ennemis irréductibles, avaient alors paraphé le texte. Pour le gouvernement central, ce fut Omar Al-Bachir, à la tête du Soudan depuis son coup d’Etat militaire de 1989. Pour les Sudistes, la plume ne pouvait être tenue que par le général John Garang de Mabior, le chef de la rébellio et son héros.. Le CPA prévoyant également un partage des pouvoirs, en clair une ouverture aux Sudistes tenus depuis toujours – ou presque – à l’écart des affaires du pays, John Garang avait été investi, en juillet 2005, premier vice-président à Khartoum. Trois semaines plus tard, il disparaissait dans un accident d’hélicoptère. Salva Kiir Mayardit, 60 ans, lui succédait et c’est à lui, sans doute, que reviendra l’insigne privilège de déclarer l’indépendance du Sud, le 1er juillet.

Longtemps resté dans l’ombre du charismatique John Garang au sein de l’Armée-Mouvement de libération des peuples du Soudan (SPLA-M), Salva Kiir, un géant barbu au front scarifié, lui aussi issu de l’ethnie dinka, est aussi légitime que son prédécesseur.

Son histoire se confond avec la lutte des Sudistes dans la seconde moitié du XXe siècle. Les armes, Salva Kiir les a prises dès les années 1960, soit peu de temps après l’indépendance de 1956 accordée par le condominium anglo-égyptien qui conduisait aux destinées du Soudan depuis 1899. Il se bat alors au sein de la première rébellion sudiste, l’Anyanya, contre la politique d’arabisation et d’islamisation forcée du pays par le Nord, et la suppression de l’autonomie dont le Sud jouissait durant la période anglo-égyptienne, fût-elle sous le contrôle total du condominium et non des autochtones. En 1972, les accords d’Addis-Abeba entre l’Anyanya et le pouvoir central mettaient fin à la guerre et accordaient un statut d’autonomie au Sud.

Salva Kiir intégrait les rangs de l’armée soudanaise, jusqu’en 1983. A cette date, Khartoum supprimait l’autonomie. La guerre reprenait. Salva Kiir se trouvait aux côtés de John Garang pour fonder le SPLA-M dont il deviendra le chef militaire puis le numéro deux jusqu’à la mort de John Garang.

Combattant respecté, l’homme s’est aussi révélé être un fin politique, faute d’être un gestionnaire avisé des affaires publiques. Car peu de monde aurait parié sur la tenue du référendum au soir de la signature du CPA. Et si les Sudistes sont aujourd’hui à la veille de ce jour historique, c’est grâce notamment à la façon dont Salva Kiir, soutenu par Washington, a tenu face à un Omar Al-Bachir qui sait tout ce qu’il risque de perdre avec cette sécession. Raison pour laquelle le président soudanais a tout mis en oeuvre pour en retarder l’échéance. Entreprise vaine jusqu’à présent, mais quelle sera la suite ?

En public, le raïs affiche dorénavant un visage étonnamment conciliant.  » Je célébrerai votre décision, même si vous choisissez la sécession « , a-t-il déclaré dans son discours du 4 janvier à Juba, retransmis en direct sur la télévision d’Etat.  » Personnellement, je serai triste si le Soudan se sépare, mais en même temps, je serai heureux si nous avons la paix « , a-t-il ajouté. Il s’est même dit  » prêt  » à accorder toute l’aide  » technique, logistique ou professionnelle «  dont ne manquera pas d’avoir besoin ce nouvel Etat, rongé par la corruption et où une jeune fille a plus de chances de mourir en couches avant l’âge de 15 ans que de finir l’école primaire.

L’histoire a toutefois enseigné aux Sudistes de se méfier des belles paroles d’Omar Al-Bachir. Au Sud, on voit la main de Khartoum derrière les luttes intertribales récurrentes, les incursions meurtrières de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), rébellion ougandaise active en Afrique centrale, ou des soulèvements en différents points des 2 000 kilomètres de frontières nord-sud. Et si l’on se prend à rêver d’un déroulement pacifique du référendum suivi d’une reconnaissance des résultats par Khartoum, ce qui est loin d’être gagné, les thèmes de discorde sont légion entre deux futurs Etats cimentés dans une défiance réciproque.

De nombreux points trop litigieux pour être réglés avant le référendum sont encore en suspens. Ils peuvent fournir autant de prétextes à Khartoum pour entraver la sécession du Sud. Car, même sans envisager le pire – peu s’attendent à ce que Juba et Khartoum en reviennent à une guerre totale -, l’avenir d’un Sud souverain et viable reste à écrire. Dans un récent rapport, le cercle de réflexion International Crisis Group (ICG) rappelait que des points aussi importants que  » les questions de nationalité et de citoyenneté – pour les Sudistes vivant au Nord et inversement – , de gestion des ressources naturelles – eau et pétrole – , de monnaie, de patrimoine public, de frontières, de sécurité et de traités internationaux restent à négocier « .

 » Or le Parti du Congrès national – NCP, au pouvoir à Khartoum – pourrait bien continuer à contrecarrer le déroulement des négociations post-référendaires dans le but d’obtenir le maximum de concessions de la part du SPLM – Mouvement de libération des peuples du Soudan, appellation depuis l’accord de 2005 du SPLA-M – et de la communauté internationale en échange de leur reconnaissance du référendum « , ajoutait le rapport, sans parvenir à trancher sur la stratégie que Khartoum adoptera. Les Etats-Unis ont déjà promis au Nord un allégement de leurs sanctions économiques et un allégement de la dette soudanaise si Khartoum évitait de torpiller le processus électoral.

Ensuite, la question du partage des richesses du Sud, notamment, promet de rudes débats.  » Les causes de deux cents ans de lutte – Nord-Sud – sont plus souvent qu’elles ne le devraient attribuées à la diversité ethnique ou religieuse, peuples du Sud, Africains, chrétiens contre Arabes musulmans au Nord « , peut-on lire dans l’ouvrage collectif White Nile Black Blood (éditions The Red Sea Press, 2000).  » En réalité, le coeur des conflits incessants est le continuel transfert de richesses du Sud, au sous-sol et aux terres agricoles extrêmement riches, entre les mains d’une petite élite qui vit au Nord, très pauvre « , ajoutaient les auteurs.

Au XIXe siècle, ces richesses avaient pour nom l’ivoire et les esclaves. De nos jours, c’est l’or noir. Avec une production de 500 000 barils par jour, le Soudan est le troisième producteur de pétrole d’Afrique. Malheureusement pour Khartoum, qui tire la quasi-totalité de ses devises de l’exportation pétrolière, 75 % de la production provient du Sud, territoire grand comme la France, ou de zones instables à la lisière nord-sud, telle que la région d’Abyei, où un deuxième référendum pouvant décider de son rattachement au Sud devait se tenir le 9 janvier mais a été repoussé à une date ultérieure.

Certes, le Sud, dépourvu totalement ou presque d’infrastructures et d’industries, n’a, à ce jour, d’autre option que d’utiliser les oléoducs du Nord pour amener le pétrole vers les raffineries, puis vers Port-Soudan, d’où il est exporté. Mais, avec l’indépendance et la négociation de nouveaux accords de partage, Khartoum verra fondre une partie de sa rente. Omar Al-Bachir le sait qui pourrait bien voir la contestation monter dans son propre camp alors qu’il est déjà affaibli sur la scène internationale depuis son inculpation, en juillet 2010, par la Cour pénale internationale, pour génocide au Darfour.

Car l’indépendance n’est pas un thème très populaire au Nord, y compris au sein du NCP, le parti du président. La fin prochaine du régime islamo-militaire d’Omar Al-Bachir a certes été prophétisée à plusieurs reprises. Il a jusqu’à présent démontré ses capacités de survie politique. Survivra-t-il à la division du pays ? Il semble en tout cas qu’il n’a plus guère les moyens de s’y opposer. Mardi 4 janvier à Juba, un Sudiste brandissait une pancarte :  » Bienvenue Bachir, et adieu « .

Christophe Châtelot

© Le Monde