LA NEIGE

La beauté de la neige en ce matin
Est un envoûtement
Une belle nature
Un équilibre harmonieux

Fous, les monticules de neige
Ronds, les rebords de cheminées qui coulent de flocons
Beautés inoubliables qui balisent les rues
Les tranchées albâtres abritent nos espoirs
Comme des coteaux brodés de coton vierge

Une vague docile de crème laiteuse et sauvage
Ravage avec l’aide du vent l’immense place de nos rêves
Partout c’est l’allégresse des sensations et des couleurs

Ruelles blanches et gorgées de poudre bleue
Trottoirs saupoudrés par les chutes nocturnes
Font un accueil royal aux passants de l’aube

Sous les rayons matinaux
Les toits font le dos rond
Sapin sur la cour avant aux branches chargées de neige

Ce reflet du soleil dans les cristaux
Dis pour ton regard intime
La beauté de tes yeux hier soir

Avec la neige qui roule sur les façades urbaines
Avec le sourd écho des âmes aimantes
Avec le tendre velours blanc des collines enneigées
Avec le coma subliminal des orgasmes givrés
Avec la couverture nacrée qui recouvre la ville
Avec la mélodie feutrée des sons
Un contraste sorcier habite nos pensées
Nous respirons l’air léger rempli de douceur

Tant de bonheur à être ensemble
Tendres baisers en cette matinée enneigée.

Yves ALAVO
Mercredi 20 mars 2013.
Journée internationale de la francophonie.

MICHEL DALLAIRE, NOBEL DU DESIGN

Le bonheur de vivre, la joie de créer, le tonus de la jeunesse créative

Quarante années à chercher, user des yeux, imaginer, inventer, sans cesse, aimer les personnes, comprendre les besoins les plus kinesthésiques et combien l’espace, les volumes, les matériaux, les métaux, le bois, toute matière, chaque sensations, chaque rythme induit un volume spatial, comment notre cerveau est en constante adaptation et demande au corps de s’y faire. Le design, c’est cette capacité d’anticipation sur le réel mais aussi cette capacité d’harmonie avec le réel. Michel Dallaire y est dans son élément, c’est un créateur, un passeur de rêve qui, comme artiste, comme passionnée du mouvement sait vivre avec les contraintes de la pesanteur.

Maison, voitures, torche olympique, mobilier, structures, tout le mobilier urbain de la Place internationale de Montréal, le mobilier de la BANQ, Bibliothèque et archives nationales du Québec, rue Berri à Montréal, c’est lui l’accoucheur du patrimoine.

Révolution dans la création, la torche olympique une oeuvre de 1976

Son site est sobre, mais ouvert sur l’infini : Michel Dallaire Design Industriel Inc. est un bureau d’étude en design industriel qui œuvre à Montréal depuis plus de 40 ans.

Par la réalisation d’une grande variété de projets allant du design d’objets utilitaires aux équipements industriels, du mobilier institutionnel et urbain au matériel de transport, MDDI a acquis une solide expérience professionnelle.
La diversité de ces domaines d’intervention a permis à MDDI d’explorer une multitude de matériaux et de procédés de mise en forme. De vastes connaissances techniques alimentent en outre le potentiel créatif de son personnel, cela dans le but de maximiser les résultats.

Vivre avec art et soutenir la culture et ses acteurs

Engagé, animateur de cercles de création, auteur intarissable qui s’unit aux artistes, donne temps, idées, énergie et argent au sein de sociétés artistiques et culturelles, la poésie, la musique, le design, bien sûr, Michel Dallaire est sur le front des arts et de la culture comme le plus extraordinaire médiateur. Généreux, mentor de la plupart des designers de la génération Québec qui brille de part le monde depuis vingt ans, Michel Dallaire invente toujours et toujours, un art de vivre, une manière d’être, avec la patience des sages et la fougue de la jeunesse.

Ce vélo a fait le tour de la planète, Michel Dallaire en est le créateur

Une rétrospective dans l’Espace création Loto Québec, en septembre 2011, a offert, en un lieu, la diversité des créations de ce génie boulimique, sous la thématique articulée :
Un homme. Un parcours. Des créations. Découvrez le designer et sa démarche artistique.

Yves ALAVO

Notes biographiques

Michel Dallaire est né à Paris en 1942. Il a fait ses études à l’Institut des arts appliqués de Montréal et à la Konstfackskolan, l’École supérieure des arts industriels de Stockholm. Il s’est par la suite spécialisé en gestion du design à l’École des Hautes Études Commerciales et en transformation des polymères à l’Institut de génie des matériaux du Centre national de recherche à Montréal.

Dès 1967 (25 ans), Michel Dallaire s’affirme comme concepteur indépendant et il ouvre son propre bureau d’étude qui connaît alors un enchaînement rapide de succès commerciaux et professionnels.

Médaillé d’or en 1986 aux Prix d’excellence du Canada, il reçoit de nombreuses récompenses prestigieuses ici et à l’étranger, notamment le Grand Prix du 27e Salon International des Inventions de Genève en 1999, ainsi que trois médailles d’or et une d’argent de ce même salon depuis 1998. En l’an 2000, l’Institut de Design Montréal lui remet son Grand Prix et son Prix Spécial en recherche. Le ministère des Affaires culturelles lui décerne en 1991 le Prix Paul-Émile-Borduas pour l’ensemble de son œuvre, la plus haute distinction accordée par le gouvernement du Québec dans le domaine des arts visuels.

Son champ d’activités est très varié et couvre notamment le design d’objets utilitaires, les produits industriels et institutionnels, le mobilier urbain et le matériel de transport. Michel Dallaire fut dernièrement conseillé principal auprès d’Air Canada pour le design de tous les produits en cabine pour sa flotte Amérique du Nord et sa flotte internationale. Parmi ses récents projets, mentionnons le design du mobilier urbain du Quartier international de Montréal qui a reçu plus de 17 prix prestigieux tant au Canada qu’à l’étranger et aussi la conception de l’ensemble du mobilier destiné au public de la Bibliothèque nationale du Québec (BANQ).

Depuis 1998, Michel Dallaire est professeur associé à l’École de Design industriel de l’Université de Montréal ainsi qu’à la Faculty of Environmental Design de l’Université de Calgary. De 1988 à 1998, il a été professeur invité régulier au Département Supérieur de Design Industriel de l’École cantonale d’art de Lausanne en Suisse. En 1993 et 1998, il a animé des séminaires à l’École Nationale Supérieure de Création Industrielle de Paris, l’ENSCI et en 2004 à l’Universidad Nacional Autónoma de Mexico.

Michel Dallaire a été reçu membre de l’Académie royale des arts du Canada en 1978, Chevalier de l’Ordre national du Québec en 1994 et membre de l’Ordre du Canada en 1999.

HECTOR PÉREZ GONZALÈZ : ARTISTE POUR LA JUSTICE SOCIALE

Le nouveau chargé de projets ou coordonnateur de Visions sur l’art Québec, est en soi le parfait candidat à la trilogie équité, accessibilité et diversité, qui résonne comme un slogan universel pour une société qui aspire à un mieux-être collectif.  La trame de sa vie, celle qui permet, au fond, d’en comprendre le fil conducteur, c’est la constance et l’infatigable application à vivre en exerçant son métier, artiste du visuel, comme un sacerdoce afin de réduire le nombre d’exclus.  Artiste pour agir afin de favoriser l’intégration ou l’inclusion des personnes handicapées dans la société, dans son ensemble, en stimulant leur développement personnel ce qui contribue à accroître l’estime de soi.

Toute la démarche d’Hector Pérez Gonzàlez vise, à partir du mentorat ou du partage d’expériences, de la mise en commun de techniques, par l’adhésion à une vision esthétique, effort qui permet de bâtir un tremplin pour mieux se situer en s’exprimant.  Cette action sur soi contribue à faire prendre conscience à chacun du pouvoir considérable de l’art pour briser les barrières et élever les esprits.  L’art pour vaincre les préjugés et, via la force de la solidarité interdisciplinaire (apport des psychologues, des éducateurs, des intervenants sociaux et des thérapeutes), arriver à une intégration, à une immersion dans toutes les sphères de la société des personnes ayant des limitations.

Né à Cuba, il y a fait tout son cursus scolaire et universitaire : l’Académie des Beaux-arts de la Havane, l’École de design industriel, a pris des formations auxquelles il a ajouté le marketing et ensuite, en arrivant au Québec, l’apprentissage de la langue française.  Hector Pérez Gonzàlez se bat inlassablement comme artiste professionnel, comme enseignant, comme humain afin que l’art soit un outil de justice sociale, de partage économique et surtout le moyen d’expression d’une société qui a de la peine à reconnaître l’existence et à accepter la participation à la création de la richesse collective de celles et de ceux que les aléas de la vie forcent à affronter des barrières qui sont souvent plus difficiles à vaincre que les limitation physiques, intellectuelles ou psychologiques qui les handicapent.

Vivre en harmonie grâce aux vertus de l’art, mais surtout comme artiste, designer et intervenant social, mettre ses talents au service de l’équité dans la société afin que chaque personne puisse s’épanouir et se sentir utile et partie prenante; telle est la quête de cet artiste hors normes, Hector Pérez Gonzàlez.

Artiste membre d’un collectif engagé pour plus de justice, pour une affirmation des droits de la personne au sein de sa société d’origine, Hector Pérez Gonzàlez, au cours des vingt dernières années, a exercé un nombre important  de fonctions et assumé des responsabilités au cœur du monde des arts et de la culture : artiste, enseignant, spécialiste des relations publiques et des communications, technicien en décoration, concepteur et gestionnaire.  Bonnes présence et participation avec VSAQ et confiance pour une participation au développement de notre société québécoise, canadienne, pour le bénéfice collectif le plus large..

Yves Alavo

Membre du C.A. de VSAQ

Un lien :  http://www.vallartainstitute.com/Hector-Perez.php

VERTIGES SUBLIMES ET COULEURS DES SAISONS INTIMES

Photo Nathalie Fontaine

Le livre contient une cinquantaine de poèmes mis en harmonie en deux sections. La première, Vertiges sublimes, la moins longue, met en valeur les charmes de la beauté sous toutes ses formes, beauté des rimes, beauté des mots et la puissance de l’évocation de nos liens avec la nature intime des êtres et le bonheur que nous procurent la musique et les rythmes.

Nos regards en union
Avec la paix

Nos regards en harmonie
Comme la paix.

Toucher au coeur de nos êtres
Fil de paix

Toucher unique de la rencontre
Émotion de paix

Toucher de promesse fertile
Sentiment de paix.

Quand se retrouvent les corps
Dans le bain de la paix

Quand se resserrent les liens
Sur la trame de la paix

Quand se restaurent les âmes
Sous le nuage de la paix.

Union prémonitoire
Union providentielle
Union prénuptiale.

La lune est complice du soleil
Nous sommes côte à côte
Une réalité magique
Cette aventure unique de la paix.

Fleurs de mai, Chant, Flûte, Exil, Sonate ultime, ces titres disent combien la douceur du verbe et cette force mélodique de la poésie de notre collègue, sont devenus une marque spécifique de l’artiste qui unit son inspiration africaine, son amour des mots de la langue française et la présence palpable et constante de la musique, intime parente des mots.

Accords entre les principes naturels
Et les actes humains
Le cœur et la tête
L’esprit
Et la force vitale

Le plexus solaire
En fond de médiastin

Au centre de l’être
Le reflet de l’équilibre

Miroir parfait

La vie primaire
Respire au rythme des océans

La terre, le feu, l’air.

Fusion dans le métal de l’avenir
Où pousse la gerbe des astres?

Mais dans la poésie de Yves Alavo, une action lyrique où les couleurs sont fortes, les thèmes
comme l’amour, la beauté unis :

Éphémère parfum.

Tour en surface

Langue qui coule
Près du sexe.

Pores épanouis
Forte sensation
Tension
Plaisir
Explosion.

Ambre
Et rouge
Doux chatouillement
Bleu
Et jaune.

Éclat de hanches

Lumière du vertige
Flexible, flou, fort.

Fusée de tendres
Baisers
Pluie de paix.

La deuxième partie du livre est consacrée Couleurs des saisons intimes à notre vie canadienne et québécoise, une vie qui se déroule aux pas des saisons, avec cette magie sans cesse renouvelée, année après année :

Le vent est présent
L’eau de l’étang brille de mille scintillements.

Lumière des regards amoureux

Lumière jaune des reflets intimes

Lumière verte des branches sensibles

Lumière bleue des baisers savoureux

Lumière transparente des caresses sensuelles

Lumière rouge des étreintes émouvantes

Lumière blanche des souffles vitaux

Lumière noire des fureurs rebelles.

Se laisser porter par le vent
Flotte des esprits touchés
Courant doux des vagues célestes.

Une section assez enracinée dans notre vie culturelle et dans notre histoire artistique. L’auteur y a intégré les hommages à plusieurs institutions qui ont changé notre métropole, mais aussi l’univers international de la vie culturelle et qui agissent au cœur de la lutte pour l’affirmation et la reconnaissance de notre vision du monde. Le festival international de poésie de Trois-Rivières, le centre d’art OBORO, pour leurs 25 années et Le Montréal arts interculturels pour ses 10 ans d’existence. Des textes qui se comprennent quand on connaît le dévouement de l’auteur pour les arts et la culture et surtout pour un meilleur statut des artistes.

Dans cette partie du livre le chant de nos saisons et de la nature magnifiée prennent toute la place, douce musique à écouter. Pour plus de nostalgie saisonnière :

ÉTÉ JAUNE

Soleil de dignité
Été des lumières
Sur les plages de nos hanches
Brillent les élans sensuels.

Sur la pointe des feuilles
Il brille.

Ce matin, le soleil est jaune
Les éclats de l’été
Explosent
Sur les lèvres du ciel
Au matin sublime
Les yeux, yeux aussi explosent.

Brillance des rayons
Rayons propulsés par l’amour.

Cette écume des lueurs
Aux clartés estivales
Jaunit sans cesse.

Lumière de juin
Chaleurs de juillet
Maturité d’août.

Cette lumière de l’été
Taille nos regards et nos émotions
Jaune rayonnant et infini.

Très important aussi, une révolution a marqué les années 2000, l’élection d’un fils de l’Afrique et de l’Amérique à la tête des États Unis. L’auteur rend hommage à la lignée de personnes qui ont, tant ici qu’ailleurs, permis cet avènement. Lisez donc dans ce livre le poème La vague bleue :

À Barack Obama
Front commun du Kenya et du Kansas
Chevalier d’un mouvement de démocratie participative
Solidarité à la base
Des forces vives de la communauté
Tissu social sur la trame des ferments syndicaux

Force motrice de l’immense vague bleue
Qui rassemble des jeunes et des vieux,
Des riches et des pauvres,
Des démocrates et des républicains,
Des Noirs, des Blancs,
Des Hispaniques, des Asiatiques,
Des Amérindiens,
Des homosexuels, des hétérosexuels,
Des handicapés et des non-handicapés.

L’année 2008 marque
Un moment historique
Près des deux tiers (64,1 %) des électeurs
Ont participé
Au scrutin national,
Un taux inégalé depuis 1908.

Notes biographiques sommaires de Yves ALAVO

Monsieur Yves Alavo provient du milieu universitaire et des médias, diplômé en philosophie, journaliste professionnel et titulaire d’une maîtrise en communications de l’Université de Montréal. Il est auteur de nombreux ouvrages sur les questions de la diversité culturelle et collabore depuis plusieurs décennies à des publications dans le domaine socioculturel.

Poète il a publié Bleu de lune et soleil d’or chez Christian feuillette éditeur, il a reçu en novembre 2008 le Prix de l’Association québécoise des professeurs de langue française (AQPLF) et de l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL). Un autre ouvrage, Vertiges sublimes et couleurs des saisons intimes, sera lancé mardi 9 novembre 2010 à la Maison de la culture Ahuntsic.

Après la fonction publique provinciale (Commission des droits de la personne, Immigration et communautés culturelles), il a travaillé sur la scène internationale sous l’égide de la société Radio-Canada, avec Journalisme en démocratie pour le perfectionnement des journalistes professionnels des médias écrits et électroniques (techniques de recherche, méthodes d’entrevue, éthique et déontologie). Depuis dix ans, il œuvre à titre de conseiller au sein de la fonction publique municipale (Ville de Montréal) où il a travaillé aux relations interculturelles et au Développement culturel. En juin 2009 il entre au Service du Développement et des opérations en soutien à la Coordination en biodiversité.

Yves Alavo vient de recevoir, le 22 juin 2010 un diplôme d’honneur de l’Université de Montréal (Faculté des arts et des sciences) en appréciation et pour célébrer sa réussite professionnelle et sa contribution de façon exemplaire à l’avancement de la société.

Les Autochtones, acteurs de la biodiversité à Montréal

Les Autochtones, acteurs de la biodiversité à Montréal

La Ville de Montréal pose des actions concrètes pour protéger la biodiversité sur son île. Ces initiatives municipales et locales sont capitales pour réaliser les objectifs fixés par la Convention sur la diversité biologique*. En effet, la communauté internationale vient de reconnaître, en mai 2008 à Bonn (Allemagne), l’efficacité des actions locales en matière de protection de la biodiversité. Ce nouveau rôle incontournable des villes sera reaffirmé lors la prochaine Conférence des Maires qui se tiendra à Nagoya (Japon) en 2010.

A Montréal, plusieurs activités démontrent l’apport important des autochtones des Premières Nations au maintien d’une biodiversité culturelle et biologique où s’entremêlent savoir traditionnel et sciences modernes.

Le Jardin des Premières Nations au Jardin botanique de Montréal

Maintien de la culture

Le  Jardin botanique de Montréal offre, depuis 2001, une place importante au monde autochtone avec son Jardin des Premières Nations. Ce Jardin se veut un lieu de prédilection des cultures autochtones canadiennes et une vitrine pour les artistes autochtones d’ici et d’ailleurs. L’ensemble des activités qui se déroulent au Jardin des Premières Nations est mené par et avec des ressources autochtones autour de thématiques locales, nationales et parfois internationales. Ainsi des animateurs, des artistes, des artisans et des  spécialistes issus des Premières-Nations participent chaque année aux principales journées culturelles du Jardin des Premières Nations qui s’étalent du 21 juin, la Journée nationale des populations autochtones, au 9 août la Journée internationale des peuples autochtones. Un colloque d’envergure internationale s’est également tenu en octobre 2008 au Jardin ayant pour thème Le patrimoine autochtone à l’ère de la globalisation : transmission, conservation et création. L’étroite collaboration avec des organismes et des partenaires comme Terres en vue, les Femmes autochtones du Québec, le Wapikoni mobile, le Mouvement national des Québécois et des Québécoises, le Festival des arts traditionnels et contemporains de Wendake, vient enrichir et soutenir la programmation et la tenue de telles activités.

Certaines activités estivales récentes reflètent bien l’importance de la tradition chez les autochtones de Premières Nations, pensons aux tambours, aux chants et aux danses des femmes autochtones d’Afrique et du Brésil, à la démonstration de fabrication de raquettes et de mocassins en peau d’orignal, à la fabrication de vannerie ainsi qu’aux expositions d’œuvres d’art. De plus, le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, envisage de lancer d’ici la fin 2009, un programme de bourses pour les artistes autochtones.

La tradition au service de la science : les plantes médicinales

L’influence culturelle et sociale des Premières Nations se révèle aussi dans la réalisation d’une recherche-action sur l’évaluation scientifique de l’activité antidiabétique des plantes médicinales utilisées par les guérisseurs traditionnels des Nations Cris. Cette étude est menée par une équipe pan canadienne de chercheurs dont M. Alain Cuerrier, botaniste du Jardin botanique de Montréal. L’objectif poursuivi est de mettre en relief les propriétés spécifiques de ces plantes dans le traitement du diabète de type II afin de prévenir et de traiter cette maladie.

Dans les faits, le projet est plus global et porte également sur un ensemble de recherches dans les systèmes de santé visant à intégrer les modes de guérison Cris. Les autochtones des Premières Nations participent au développement d’une nouvelle façon de procéder dans les soins de santé et les services sociaux. Il s’agit d’une approche innovatrice de l’ethnobotanique soit l’étude de la relation entre les plantes et les hommes. La mise à contribution de la communauté comme les «Aînés» permet aussi un transfert des connaissances. Ainsi, un volet exceptionnel et prometteur de cette recherche-action touche la formation de jeunes Cris à la médecine traditionnelle.

Ce projet de grande envergure, financé par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) est développé en étroite collaboration avec les Nations Cris d’Eeyou Istchee au nord du Québec (région de la Baie-James). Cette population est particulièrement touchée par le diabète de type II qui compte 20% des adultes atteints par la maladie.

Ce projet mené par, pour et avec la population autochtone vise aussi à adapter des services à la culture, aux besoins et aux croyances des populations autochtones qui en bénéficient.

* La Convention sur la diversité biologique est un traité international adopté lors du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992, avec trois buts principaux : la conservation de la diversité biologique, l’ utilisation durable de ses éléments et le partage juste et équitable des avantages découlant de l’exploitation des ressources génétiques. Le Secrétariat de la convention sur la diversité biologique est basé  à Montréal depuis sa création en 199

LA BIODIVERSITÉ ?

LA BIODIVERSITÉ ?

Qu’est-ce que la biodiversité ?

La diversité biologique – ou biodiversité – est le terme qui désigne toutes les formes de la vie sur Terre et les caractéristiques naturelles qu’elle présente. La biodiversité dont nous sommes les témoins aujourd’hui est le fruit d’une évolution qui s’est façonnée pendant des milliards d’années, au gré de processus naturels et, de plus en plus, sous l’influence des êtres humains. Elle constitue la toile de la vie dont nous faisons intégralement partie et dont nous sommes totalement dépendants[1].  On peut parler de biodiversité à différents niveaux, soit la diversité des espèces, des habitats et des écosystèmes.

Montréal, hôte du Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique et ville d’innovation pour la biodiversité

La protection de la biodiversité à Montréal s’exprime  à travers une multitude d’actions, de lieux, de politiques et de partenariats.

Montréal, comme territoire de biodiversité c’est : le fleuve, la montagne, l’île et ses 315 km de rives,  près de 1000 parcs de quartiers, 20 grands parcs, 1,2M d’arbres, 10 éco territoires et les Muséums nature dont le Biodôme, l’Insectarium, le Jardin botanique et le Planétarium. C’est également les organisations internationales en environnement qui ont choisi de s’installer à Montréal.

Montréal planifie et règlemente la gestion de son territoire par des outils municipaux : Plan d’urbanisme, Politique de protection et de mise en valeur des milieux naturels, Plan de protection et de mise en valeur du mont Royal, Politique de l’arbre et Plan stratégique de développement durable.

Montréal agit à travers ses activités de prévention, d’éducation, de conservation et de concertation, grâce à ses collections, sa recherche scientifique, la gestion écologique de ses grands parcs, la préservation de ses écosystèmes urbains, la sauvegarde de plantes rares, la stabilisation des berges, l’éradication des espèces envahissantes et bien d’autres.

Montréal et sa biodiversité s’affirment grâce à des partenariats avec les riverains des éco territoires, véritables foyers de biodiversité. Des partenariats communautaires permettent d’offrir des activités d’éducation dans les grands parcs. En outre, plus de 100 organismes se sont engagés à  intégrer le développement durable dans leurs pratiques de gestion. Enfin, la Ville a de nombreux  partenariats entre autres avec les universités, les institutions internationales, les gouvernements du Québec et du Canada,  et bien sûr avec notre hôte, le Secrétariat de la Convention de l’ONU sur la diversité biologique.

ÉCONOMIE, ÉCOSYSTÈMES ET DIVERSITÉ BIOLOGIQUE

Qu’est ce que TEEB ?

Lors d’une réunion des ministres de l’environnement du G8+5 tenue à Potsdam en

mars 2007, les ministres ont reconnu qu’il était important d’examiner la valeur

économique de la biodiversité et les conséquences économiques de la perte

constante de biodiversité.  En réponse aux discussions de Potsdam, le ministre Sigmar Gabriel et le

commissaire européen Stavros Dimas ont lancé une initiative sur l’Economie des écosystèmes et de la biodiversité – The Economics of Ecosystems and Biodiversity (TEEB). M. Pavan Sukhdev, directeur à la Deutsche Bank, a été invité à diriger ces travaux.

Quelle est la nature du problème ?

La nature apporte aux sociétés humaines une grande variété de bienfaits :

nourriture, fibres, carburants, eau propre, sols sains, protection contre les

inondations, protection contre l’érosion des sols, médicaments, stockage du

carbone (important dans la lutte contre le changement climatique) et davantage

encore. Alors même que notre bien-être est entièrement dépendant de ces

“services écosystémiques”, ce sont principalement des biens publics qui n’ont ni

marchés ni prix, de sorte qu’ils sont souvent ignorés par la boussole économique

que nous utilisons actuellement. De ce fait, sous l’impact des pressions liées

notamment à la croissance de la population, à l’évolution des pratiques

alimentaires, à l’urbanisation et au changement climatique, la biodiversité est

en déclin, nos écosystèmes sont constamment dégradés et, en retour, nous en

subissons les conséquences.

Le déclin de la biodiversité et de nos écosystèmes

Le rapport présenté aujourd’hui montre que si nous n’adoptons pas les politiques

appropriées, le déclin actuel de la biodiversité et la perte de services rendus

par les écosystèmes vont se poursuivre et dans certains cas vont même

s’accélérer. Certains écosystèmes sont susceptibles de souffrir de dommages

irréparables. Dans un scénario inchangé, d’ici 2050 nous devrons subir de graves

conséquences :

une diminution de 11% des zones naturelles restantes en 2000 est à craindre,

principalement en raison de la conversion de ces terres à l’agriculture, du

développement des infrastructures et du changement climatique ;

près de 40% des terres actuellement exploitées par des formes d’agriculture peu

intensive pourraient être converties en terres d’agriculture intensive, ce qui

entraînerait des pertes supplémentaires de biodiversité ;

60% des récifs coralliens risquent de disparaître dès 2030 du fait de la pêche,

de la pollution, des maladies, des espèces allogènes envahissantes et du

blanchissement des coraux lié au changement climatique.

Les tendances observées actuellement sur terre et dans les océans montrent les

graves dangers que représente la perte de biodiversité pour la santé et le

bien-être de l’humanité. Le changement climatique ne fait qu’exacerber ce

problème. Et, une fois de plus, comme pour le changement climatique, ce sont les

pauvres de la planète qui sont les plus menacés par une dégradation constante de

la biodiversité. En effet, ce sont eux qui dépendent le plus des services rendus

par les écosystèmes, services qui sont sous-estimés par des analyses économiques

défectueuses et des politiques mal avisées. (L’article de Benoît Limoges dans Le naturaliste canadien, vol. 133, numéro 2, été 2009, pages 15 à 19, étend les services écologiques aux aspects plus subtils du bien-être humain » : développement du système immunitaire, développement psychosocial, développement de la force, de l’équilibre et de la coordination mais aussi aux bénéfices socioculturels et à l’expérience spirituelle)). La protection de la biodiversité et les questions d’équité et d’éthique.

La pauvreté et la perte de biodiversité sont inextricablement liées : les

bénéficiaires immédiats de la majeure partie des services rendus par les

écosystèmes et la biodiversité sont principalement les pauvres. Les activités

les plus touchées sont l’agriculture de subsistance, l’élevage, la pêche et

l’exploitation forestière informelle, dont dépendent la plupart des pauvres du

monde entier. On estime généralement que les pertes annuelles de biodiversité et

d’écosystèmes représentent, en termes de bien-être, l’équivalent d’un faible

pourcentage du PIB. Si toutefois nous les traduisons en termes humains, sur la

base du principe d’équité, l’argument en faveur de la réduction de ces pertes

prend beaucoup plus de poids. Les choix éthiques sont si profondément enracinés

dans les fondements de nos modèles économiques que nous n’en sommes plus

conscients. Cependant, si l’on prend l’exemple parlant des taux d’actualisation,

un taux de 4% (les taux d’actualisation sont le plus souvent compris entre 3 et

5%) signifie que nous estimons que la valeur d’un service de la nature pour nos

petits-enfants (d’ici 50 ans) équivaut à un septième de l’utilité que nous-mêmes

en retirons – ce qui est difficile à défendre d’un point de vue éthique.

Intégrer la véritable valeur de la biodiversité et des services rendus par les

écosystèmes dans la détermination des politiques constitue l’objectif ultime des

travaux menés par Pavan Sukhdev et son équipe. Cela met en jeu des choix

éthiques, notamment entre les générations présentes et futures et entre des

groupes de population de différentes parties du monde.

Quel est le coût économique de la perte de biodiversité et des services renduspar les écosystèmes ?

Toutes les valeurs de la biodiversité ne peuvent pas être mesurées en termes

économiques. Pour de nombreuses personnes, la nature a une valeur intrinsèque

qui n’est pas liée à son utilité pour les êtres humains. Par ailleurs, une

partie seulement de l’ensemble des bienfaits issus de la biodiversité et les

écosystèmes peut être évaluée, en raison des limites actuelles à notre

compréhension des fonctions écologiques ainsi que des limites de nos outils

économiques. En général, les valeurs estimées provenant des études de cas ne

prennent en compte que certains bénéfices. De plus, il n’y a pas encore de

données disponibles ni d’études d’évaluation économique menées pour tous les

types d’écosystèmes – par exemple, les écosystèmes marins sont moins bien connus

que les écosystèmes terrestres. C’est pourquoi il faut garder à l’esprit que les

estimations de la valeur économique de la biodiversité et des services rendus

par les écosystèmes sont sujettes à beaucoup d’incertitudes et qu’elles tendent

à sous-estimer la réalité. Cependant, l’évaluation économique est une approche

utile pour mesurer la contribution de la biodiversité et des services écosystémiques à la qualité de la vie et pour mieux comprendre les choix qui existent entre différentes possibilités d’utilisation des écosystèmes. On dispose maintenant d’une grande quantité de données sur les valeurs de marché ou hors marché que représentent pour les êtres humains un certain nombre de bénéfices liés à la biodiversité et aux écosystèmes, et donc des coûts associés à leur perte.

Le rapport présenté aujourd’hui met en lumière les résultats d’une analyse préliminaire des coûts de la perte de biodiversité et des services écosystémiques liés aux forêts. Dans les premières années de la période 2000-2050, cette analyse estime que la perte annuelle de services des écosystèmes forestiers équivaut à près de 28 milliards d’euros par an, et cette valeur augmente au cours du temps jusqu’en 2050 (il convient de noter qu’une

part importante des bénéfices correspondants n’est pas actuellement intégrée

dans la mesure du PIB). Les pertes de capital naturel ne sont pas seulement

ressenties l’année où elles se produisent car le flux de services est réduit

pour toutes les années suivantes. En prenant en compte ces pertes futures, la

valeur actualisée des services des écosystèmes forestiers perdus chaque année

pourrait être comprise entre 1 350 et 3 100 milliards d’euros, pour des taux

d’actualisation de 4% et 1% respectivement. Comme il a été indiqué, il s’agit

d’une estimation prudente : elle est partielle, dans la mesure où elle ne couvre

pas la totalité des services ; certains effets négatifs de ces pertes sur la croissance du PIB ne sont pas pleinement pris en compte ; enfin, cette estimation ne tient pas compte des non-linéarités et des effets de seuil dans le fonctionnement des écosystèmes. Ces premiers résultats suggèrent toutefois que les impacts socio-économiques de la perte de biodiversité peuvent être considérables. Des travaux supplémentaires seront nécessaires durant

la Phase II de l’étude pour mener une évaluation à grande échelle des coûts associés aux pertes des principaux types d’écosystèmes de la planète et pour comparer ces coûts avec ceux de politiques destinées à mieux protéger la biodiversité et les écosystèmes.