RSS
 

Archive for the ‘Cinéma’ Category

LA NEIGE

21 mar

La beauté de la neige en ce matin
Est un envoûtement
Une belle nature
Un équilibre harmonieux

Fous, les monticules de neige
Ronds, les rebords de cheminées qui coulent de flocons
Beautés inoubliables qui balisent les rues
Les tranchées albâtres abritent nos espoirs
Comme des coteaux brodés de coton vierge

Une vague docile de crème laiteuse et sauvage
Ravage avec l’aide du vent l’immense place de nos rêves
Partout c’est l’allégresse des sensations et des couleurs

Ruelles blanches et gorgées de poudre bleue
Trottoirs saupoudrés par les chutes nocturnes
Font un accueil royal aux passants de l’aube

Sous les rayons matinaux
Les toits font le dos rond
Sapin sur la cour avant aux branches chargées de neige

Ce reflet du soleil dans les cristaux
Dis pour ton regard intime
La beauté de tes yeux hier soir

Avec la neige qui roule sur les façades urbaines
Avec le sourd écho des âmes aimantes
Avec le tendre velours blanc des collines enneigées
Avec le coma subliminal des orgasmes givrés
Avec la couverture nacrée qui recouvre la ville
Avec la mélodie feutrée des sons
Un contraste sorcier habite nos pensées
Nous respirons l’air léger rempli de douceur

Tant de bonheur à être ensemble
Tendres baisers en cette matinée enneigée.

Yves ALAVO
Mercredi 20 mars 2013.
Journée internationale de la francophonie.

 

MONSIEUR LAZHAR : FELLAG, IMMENSE

03 fév

Version originale en français

DURÉE : 1h35

GENRE : Drame

ORIGINE : Québec

DATE DE SORTIE AU QUÉBEC : 28 octobre 2011

SYNOPSIS

Les élèves de sixième année d’une école de Montréal (Québec, Canada) doivent faire face à un drame inattendu lorsque leur enseignante, Martine, se pend dans leur classe. Malgré les réticences préalables de la directrice, Bachir Lazhar (rôle joué par Fellag), un immigrant algérien, est rapidement engagé pour la remplacer. N’étant pas au courant des réformes ministérielles ou même du niveau scolaire de ses nouveaux étudiants, le professeur devra oublier ses propres tragédies pour se concentrer sur l’instruction de ces enfants provenant de différents milieux et visiblement troublés par le départ soudain d’une personne qu’ils aimaient.

Nomination du film Monsieur Lazhar de Philippe Falardeau aux Oscars

Le film Monsieur Lazhar du cinéaste montréalais Philippe Falardeau fait partie des finalistes 2012 pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère. Le lauréat sera dévoilé lors de la 84e cérémonie, le 26 février prochain.

Monsieur Lazhar, racontant l’histoire d’un immigrant algérien devenu suppléant dans une classe de sixième année après le suicide d’une enseignante, a déjà remporté plusieurs prix dont le titre de Meilleur film canadien au 36e Festival international du film de Toronto, le Prix USB du Festival de Locarno, le Prix de la critique de Variety Piazza Grande Award. Philippe Falardeau est actuellement aux États-Unis au Festival du film de Sundace pour y présenter son film. Il se rendra ensuite en Europe pour participer à d’autres festivals.

Soulignons que l’équipe du film Monsieur Lazhar a été accompagnée par le Bureau du cinéma et de la télévision de Montréal pour la coordination et la logistique des scènes tournées dans la métropole.

D’après la pièce Bachir Lazhar

Présentée en 2006 au Théâtre d’Aujourd’hui, la pièce Bachir Lazhar écrite par Évelyne de la Chenelière, avait été soutenue par le programme de médiation culturelle de la Ville de Montréal avec Vision Diversité, Le MAI qui, dès le départ, avaient cru en l’importance du message exprimé et son originalité. Bachir Lazhar, la pièce, avait également été présentée dans les salles du réseau Accès culture grâce au Conseil des arts de Montréal en tournée.

De la réussite de ce projet et de son cheminement vers la prestigieuse cérémonie des Oscars, retenons l’importance de soutenir les arts et la culture par l’entremise de mesures et programmes variés.

L’acteur principal, Mohamed Saïd Fellag, né le 31 mars 1950 à Azeffounwilaya de Tizi-Ouzou (Algérie), est un acteurhumoriste et écrivain algérien Mohamed Saïd Fellag est natif de la région de la Kabylie. Il fait des études de théâtre à l’Institut national d’art dramatique et chorégraphique d’Alger, à Bordj el Kiffan, de 1968 à 1972. Il se produit dans de nombreux théâtres d’Algérie au cours des années 1970.  De 1978 à 1981, il voyage en France et au Canada, vivant de petits emplois et repoussant sans cesse la réalisation de ses projets artistiques. En septembre 1985, il retourne en Algérie, est engagé par le Théâtre national algérien, où il travaille en tant que comédien et metteur en scène.

En 1987 il crée son premier spectacle, Les Aventures de Tchop.  En septembre 1993, il est nommé directeur du théâtre de Béjaïa (Bougie).  Après la révolte d’octobre 1988 puis, au début des années 1990, avec la montée des tensions entre les islamistes et le pouvoir, violences et assassinats se multiplient. En 1994, Fellag part en tournée avec Un bateau pour l’Australie, en Algérie et en Tunisie. À la fin de l’année il s’établit à Tunis où il crée Delirium. Il reçoit un accueil chaleureux du public tunisien.

En 1995, une bombe explosera au cours de son spectacle cachée dans les toilettes des femmes. Terriblement bouleversé, c’est à partir de là que Fellag s’exilera à Paris.  On associe souvent Mohamed Fellag avec son spectacle Djurdjurassique Bled, son premier spectacle en français, créé en décembre 1997, qui lui vaut le prix du Syndicat de la critique 1997-1998, révélation théâtrale de l’année. Dans ce spectacle, il raconte en différentes étapes l’histoire de son pays natal, ses angoisses, ses folies et l’humanité de son peuple.  Mohamed Fellag s’est marié vers l’âge de 40 ans. Il vit aujourd’hui avec la comédienne Marianne Épin.

Une reconnaissance nationale

Fellag connaît une très grande notoriété en Algérie.  Fellag traite sans complexe et avec finesse les thèmes qui agitent l’Algérie et les Algériens, tels que les abus de pouvoir, les rapports entre hommes et femmes, les frustrations des jeunes, etc., tout cela en employant parfois un vocabulaire très cru.  Après les émeutes d’octobre 1988, alors que des militaires et le président algérien sont présents dans la salle, il supplie les femmes de pardonner aux hommes : « Excusez-nous. Maintenant vous pouvez vous habiller comme vous voulez. Vous pouvez même ne pas vous habiller du tout. » Les hommes restent muets et sans réaction. À partir de là, les dénonciations de Fellag se multiplient. Il n’épargne ni la politique ni les islamistes.

Spectacles

1987 : Les Aventures de Tchop, Alger

1989 : Cocktail Khorotov, spectacle en dialecte algérien, Petit Théâtre, Alger.

1990 : SOS Labès.

1991 : Un bateau pour l’Australie (Babor Australia), duquel a été tiré un DVD (2002).

1994 : Delirium, Tunis.

1997 : Djurdjurassique Bled, Théâtre international de langue française, Paris.

2001 : Rue des petites daurades, Théâtre international de langue française, Paris.

2002 : Le Syndrome de la page 12, Théâtre du Rond-Point, Paris.

2003 : Che bella la vita !, Théâtre international de langue française, Paris.

2003 : Opéra d’Casbah, « mise en images » Jérôme Savary, avec Fellag, Biyouna, Abdou Elaïdi, un orchestre arabo-andalou et des danseuses ; Espace Saint-Jean (sous chapiteau), Marseille.

2004 : Le Dernier Chameau, mise en scène de Patrick Sommier, MC93 Bobigny, duquel a été tiré un DVD (2005), Théâtre des Bouffes du Nord, Paris.

2008 : Tous les Algériens sont des mécaniciens, mise en scène de Marianne Épin et l’auteur, Les Nuits de Fourvière, Lyon.

2011 : Petits chocs des civilisations, mise en scène de Marianne Épin.

Metteur en scène

2008 : Comment réussir un bon petit couscous, de Fellag, CNCDC (Centre national de création et de diffusion culturelles) de Châteauvallon, Ollioules (Var), interprété par Bruno Ricci.

2008 : Tous les Algériens sont des mécaniciens, mise en scène avec Marianne Épin.

Publications

Djurdjurassique Bled, textes de scène, éd. JC Lattès, Paris, 1999, 197 pages, ISBN/EAN 9782709621069

Rue des petites daurades, roman, éd. JC Lattès, Paris, 2001.

C’est à Alger, couverture de Slimane Ould Mohand, éd. JC Lattès, Paris, 2002.

Comment réussir un bon petit couscous suivi de Manuel bref et circoncis des relations franco-algériennes, éd. JC Lattès, Paris, 2003.

Le Dernier Chameau et autres histoires, nouvelles, éd. JC Lattès, Paris, 2004.

L’Allumeur de rêves berbères, illustrations de Slimane Ould Mohand, éd. JC Lattès, Paris, 2007.

Filmographie

Cinéma

1983 : Liberté, la nuit, de Philippe Garrel : Mohand

1983 : Hassan Niya

1990 : De Hollywood à Tamanrasset : Green Eagle

1998 : Le Gone du Chaâba, de Christophe Ruggia

2001 : Inch’Allah dimanche, de Yamina Benguigui

2002 : Fleurs de sang, de Myriam Mézières

2003 : Momo mambo de Laïla Marrakchi

2005 : Voisins, voisines, de Malik Chibane : Maklouf

2006 : Michou d’Auber, de Thomas Gilou

2007 : L’Ennemi intime, de Florent Emilio Siri

2009 : Les Barons, de Nabil Ben Yadir

2010 : Il reste du jambon ?, d’Anne De Petrini

2010 : Dernier étage, gauche, gauche, d’Angelo Cianci

2010 : Le Chat du rabbin, de Joann Sfar et Antoine Delesvaux : le Cheikh Sfar (voix)

2011 : Monsieur Lazhar, de Philippe Falardeau

2012 : Zarafa de Rémi Bezançon et Jean-Christophe Lie (voix)

Télévision

2005 : Rue des figuiers, téléfilm de Yasmina Yahiaoui

2008 : La Veuve tatouée, téléfilm de Virginie Sauveur

2010 : Ni reprise, ni échangée, de Josée Dayan : Gérard

Prix et récompenses

1997/1998 : prix du Syndicat de la critique : révélation théâtrale de l’année, pour Djurdjurassique Bled, Théâtre international de langue française, Paris.

2003 : prix Raymond-Devos de la langue française.

2003 : prix de la Francophonie, décerné par la SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques).

2003 : prix de l’Humour noir, pour Un bateau pour l’Australie.

Références

Olivier Mongin, dans De quoi rions-nous ? Notre société et ses comiques, Plon, 2006, consacre un chapitre à Fellag et à son art : Fellag, l’entrechoquement des langues et des identités

Article consacré à Fellag sur evene.fr

Voir aussi[modifier]

Bibliographie

« Les 100 personnalités de la diaspora africaine : Fellag », in Jeune Afrique, no 2536-2537, du 16 au 29 août 2009, p. 62